Bold Eagle ridiculise l’opposition

Bold Eagle dans un canter

Bold Eagle dans un canter

Le Prix de France estival, le Prix René Ballière (groupe I – 2100 mètres – 4 à 10 ans), a tenu toutes ses promesses ce dimanche 26 juin à Vincennes. La star du trot français, Bold Eagle, constituait évidemment l’attraction de la course. Le fils de Ready Cash a surclassé l’opposition, s’imposant dans un véritable canter pour sa septième réalisation au niveau groupe I.

Booster Winner (n°3) ayant décliné la lutte, ils n’étaient plus que neuf concurrents à tenter de se dresser sur le chemin de Bold Eagle (n°7 – E. Raffin), privé de son fidèle partenaire, Franck Nivard, toujours sur le coup d’une suspension à titre conservatoire. Nous avons assisté à un départ quelque peu chaotique, où plusieurs concurrents se sont retrouvés très loin de la voiture, à l’instar notamment de Bird Parker (n°9 – J-Ph. Monclin) ou d’Amiral Sacha (n°10 – G. Gelormini).
Your Highness (n°2 – B. Goop), forte de ses trois groupes I glanés depuis le début de l’année, a fait travailler Bold Eagle (n°7) en tout début de parcours, avant de le laisser passer en plaine (premiers 500 mètres en 1’06’’7). Le plus dur était alors fait pour Eric Raffin, le troisième driver de la carrière de la coqueluche actuelle du trot, qui, au plus le poteau se rapprochait, au plus avait de ressources. C’est même affligeant pour ses adversaires de les battre, sans même déboucher les oreilles, et pire, sans même que son partenaire n’ait à ouvrir les mains. Certes, il n’a pas battu le record de la piste de Vincennes (1’10’’8 ce jour), toujours détenu par Kool du Caux en 1’09’’8, mais on sent vraiment qu’il pourra le faire lorsque son entourage le décidera, comme le signalait Sébastien Guarato « Il a le record dans les pattes, c’est une certitude. Il était en 1’09’’5 en face alors qu’Eric tirait dessus. Quand il a avancé, il était vraiment au-dessus du lot. Eric avait beaucoup de pression, il ne fallait pas la manquer, comme un pénalty en finale de Coupe du Monde. C’est ainsi qu’on reconnaît les grands pilotes. Il sera revu désormais aux Sables-d’Olonne, le 21 juillet, avant d’aller sur le Prix Jockey (22/08) et sur le Critérium des 5 ans (03/09). »    
Eric Raffin et Sébastien Guarato décrochent pour la première fois ce classique. Pierre Pilarski avait bien évidemment une pensée pour le grand absent du jour : « Cette course était vraiment à part, au point de vue des circonstances pour le driver. J’ai une grosse pensée pour Franck Nivard. Eric a fait ce qu’il fallait. »
Amiral Sacha (n°10), qui s’est retrouvé le nez au vent dans la montée, a longtemps fait illusion pour la deuxième place, avant de subir l’assaut côté corde de Your Highness (n°2), qui a hérité d’un bien meilleur parcours.

 

Réaction d’Eric Raffin :

Réaction de Pierre Pilarski :


Une réponse

  1. Nese 30 juin 2016 - 2 h 14 min

    Ses genoux touchent presque son menton ce crack http://www.tof-turf.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    il est bien parti pour devenir un légende!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.